logo
  • Comment appliquer la nouvelle science des décisions à l’éducation ?

    Facteurs à l’oeuvre dans nos prises de décisions et celles des élèves : connaître les « biais cognitifs » qui nous induisent en erreur afin de les éviter et de faire des choix raisonnables et éclairés.

    Article rédigé par Florent Bersani et Camille Benoit.

    « To teach how to live without certainty, and yet without being paralyzed by hesitation. »

    Bertrand Russell

    « Un homme doit choisir. En cela réside sa force : le pouvoir de ses décisions. »

    Paulo Coelho

     

    Dans une de ses publicités pour son produit “To-do”, Microsoft a contribué à populariser 35,000 comme estimation du nombre de décisions que nous prenons chaque jour.

    Sans entrer dans le débat de ce qui compte comme une décision ni de la justesse de cette estimation, nous pouvons toutefois relever comme estimation basse 70 qui est celle que la professeur de psychologie de l’université de Columbia Sheena Iyengar mentionne comme le nombre de choix qu’un américain moyen déclare effectuer par jour.

    Dans le monde de l’éducation, le nombre de décisions par heure d’enseignement interactif que doivent prendre les professeurs est encore plus conséquent. Il varie de 42 d’après Hilda Borko, professeur à l’université de Stanford et ses co-auteurs dans leur article “Teachers’ Thinking About Instruction” publiée en 1990 dans la revue Remedial and Special Education, à 200 voire 300, d’après Philip Jackson, de l’université de Chicago dans son livre “Life in Classrooms” publié également en 1990.

    Quoi qu’il en soit, le nombre de décisions prises par jour tant par les professeurs que par les écoliers dans le cadre des études est tout simplement considérable et celles-ci ont souvent un impact important sur leur apprentissage immédiat et leur orientation à plus long terme.

    Mais qu’est-ce qu’un bonne décision et comment la prend-on ?

    Daniel Kahneman est un psychologue cognitif et économiste célèbre pour ses travaux sur la prise de décision et la théorie des perspective. Il a remporté le prix Nobel d’économie en 2002 et publié un best-seller en 2011 “Système 1 & Système 2 : Les deux vitesses de la pensée”. En 2017, il a été rejoint par Richard Thaler au panthéon des lauréats du Nobel récompensés pour leur contribution à la compréhension de la psychologie de l’économie. Richard Thaler s’est lui aussi adressé au grand-public avec son livre “Nudge. Émotions, habitudes, comportements : comment inspirer les bonnes décisions” publié en 2010.

    Leurs travaux à tous les deux ont malheureusement démontré que, lorsque nous prenons des décisions, nous tombons fréquemment dans des pièges. Fort de leurs observations, ils ont donné naissance à une nouvelle science de la prise de décision qui vise à décrire ces pièges dans lesquels nous sommes pris malgré nous. 

    Ces travaux éclairent certaines difficultés rencontrées par les élèves dans les apprentissages.  Ils ont notamment été repris par Olivier Houdé du Laboratoire de Psychologie du Développement et de l‘Éducation de l’enfant dans ses travaux sur l’importance de l’inhibition dans les apprentissages.  L’inhibition de certains biais cognitifs (facteurs inconscients qui entravent notre jugement et nos prises de décisions) est essentielle pour éviter certaines erreurs (fautes d’étourderie, de précipitation etc.).

    Nous allons tenter dans cet article de vous sensibiliser à ces biais et à ces tours que nous jouent notre cerveau.

    Continuer la lecture →

  • Comment aider les écoliers à transformer leurs rêves scolaires en réalité ?

    Article rédigé par Florent Bersani, relecture par Camille Benoit.

    I. Faire un rêve

    II. Le réaliser

    “In theory there is no difference between theory and practice. In practice there is.”

    Yogi Berra

    Si la sagesse populaire foisonne de conseils bien intentionnés, comme Oscar Wilde qui recommande de “toujours viser la lune car même en cas d’échec, on atterrit dans les étoiles », l’enfer en est pavé. Le risque est bien réel, à force d’avoir raté l’astre de la nuit, de détruire chez nos têtes blondes jusqu’au plaisir de regarder les étoiles briller dans le ciel.

    Et puis, il ne suffit pas d’avoir le “bon rêve”. Encore faut-il s’atteler à sa réalisation plutôt que de se satisfaire simplement de la jouissance procurée par sa vision onirique. “En suivant le chemin qui s’appelle plus tard, nous arrivons sur la place qui s’appelle jamais” aurait écrit Sénèque. C’est d’ailleurs bien souvent à cette deuxième étape de la recette fort simple en tête de cet article, “2. Le réaliser”, que le bât blesse le plus.

    Continuer la lecture →

  • Les stages collectifs de métacognition – Psyadom.

    Développer des stratégies efficaces d’apprentissage grâce à la métacognition!

    Chaque élève est unique, chaque élève a des besoins différents ! Connaître sa propre façon de fonctionner intellectuellement et émotionnellement est un facteur prédictif de réussite scolaire.

    Les travaux de recherche, en psychologie et sciences de l’éducation, depuis 30 ans, le prouvent. Cela est d’autant plus vrai pour les élèves avec des troubles des apprentissages (TDA/H, « dys »), des besoins spécifiques (HP, Asperger) ou des difficultés scolaires .

    Objectifs du stage :

    •  Apprendre sereinement : gagner en confiance en soi, gérer son stress, lever les freins à l‘investissement scolaire.

    •  Apprendre efficacement : analyser son fonctionnement cognitif, identifier ses difficultés et élaborer ses propres méthodes de travail afin de les dépasser.  Cette démarche dite métacognitive sera enseignée pour être reproduite, seul à la maison ou l’école.

    Thèmes : Etre efficace en cours, être efficace pendant les devoirs, se préparer aux contrôles.

    TRAVAIL INDIVIDUALISÉ à partir des supports de cours de chaque élève.

    Intervenants :

    •  Notre équipe de psychologues-psychopédagogues est formée à notre approche psychopédagogique élaborée par sa fondatrice Camille Benoit, pédopsychiatre spécialiste des apprentissages et son comité scientifique.

    •  Ces stages sont le fruit de notre expérience de plus de 5000 heures de séances individuelles au domicile des élèves et de stages collectifs en établissements scolaires.

    Pour qui ?  Elèves de primaire, collège et lycée. De 8 à 10 élèves par atelier.

    Quand ? Primaire : 28, 29, 30 octobre matin – Collège : 28, 29, 30 oct. après-midi – Lycée : 21, 22, 23, 25 oct. matin

    Durée ?  Primaire : 3 demi-journées de 2h30. Collège : 3 demi-journées de 3h30. Lycée : 4 demi-journées de 4h.

    Où ? Ecole M – 48 Allée Darius Milhaud 75019 Paris – Métro Ourcq ou Danube

    Tarifs : Entre 190 et 390 euros + frais d’inscription 15 euros.

    Inscriptions : ouvertes dès aujourd’hui : anne.bonin@psyadom.com

    Pour plus d’informations : la plaquette du stage à télécharger : http://bit.ly/atelierspsyadomprogramme

    Continuer la lecture →

  • Guide méthodologique pour réussir sa scolarité

    Dans cet article, Béatrice Navarro, neuropsychologue et psychopédagogue au sein de l’équipe PSYADOM présente son ouvrage que nous recommandons chaleureusement!

    Dans nos sociétés, la pression sociale concernant la réussite, tant sur le plan scolaire que professionnel, génère de l’inquiétude chez les parents mais également chez les élèves ! Ils sont dans l’expectatives des notes, investies comme des indices de leur réussite future.  Une mauvaise note peut être vécue comme un traumatisme, source de cauchemars, de ruminations anxieuses, d’anticipations péjoratives de l’avenir : « que va-t-il faire ? » « et s’il n’avait pas son bac ? » « pourra-t-il faire des études ? » « trouvera-t-il un travail » ….

    Les attentes et exigences sont parfois inadaptées, ne prenant pas en compte la maturité ou le degré d’autonomie de l’élève.  Les conséquences des notes, des évaluations, des performances des élèves sur leur vécu émotionnel, sur leur estime de soi et sur leur confiance en soi sont peu accompagnées à l’école.  Or le vécu émotionnel conditionne l’investissement scolaire, la motivation, la capacité à mobiliser ses connaissances et finalement les performances scolaires.  Pour ces raisons, il est essentiel d’accompagner l’élève dans sa globalité !  Lui donner des clefs méthodologiques, certe.  Mais également l’accompagner dans ces enjeux affectifs.   Cette approche globale cognitive et affective est la clef de voute de notre travail chez PSYADOM.

    L’ouvrage présenté ci-dessous propose des clefs pour accompagner votre enfant sur le plan scolaire en prenant en compte ces enjeux affectifs et émotionnels. Y sont présentés plusieurs outils et stratégies destinés aux élèves pour « apprendre à apprendre » et aux parents pour aider leurs enfants à s’organiser dans leur travail.

    Cette méthode, nommée A.R.P.A. pour Autonomie, Rigueur, Plaisir, Anticipation, propose des stratégies et suggestions visant à aider les parents à soutenir l’investissement scolaire et la réussite de leur enfant.

    A comme Autonomie : Faire confiance à son enfant en le rendant de plus en plus autonome dans sa vie scolaire afin qu’il puisse investir pleinement son métier d’élève.

    R comme Rigueur : La rigueur et la culture de l’effort sont essentielles au développement de l’enfant et à son insertion dans la société.

    P comme Plaisir : Le plaisir doit venir après les devoirs afin de récompenser l’enfant pour ses efforts mais peut également être inhérent au travail !

    A comme Anticipation : La gestion du temps, la planification et l’anticipation sont clefs pour les élèves et pour les futures adultes qu’ils deviendront.

    Dans cet ouvrage, il est proposé un cadre et une organisation structurés du quotidien visant à favoriser la réussite scolaire de l’enfant. L’apprentissage et l’assimilation de nouvelles compétences se faut par la répétition.  Pour cela, il est important de proposer un cadre stable, des rituels.  L’enfant a besoin que dans son quotidien les évènements se répètent et que les règles soient les mêmes d’une journée à l’autre.

    Pour répondre à ce besoin, ce guide vous aidera à appliquer ces méthodes quotidiennement.  Il permet ainsi à l’enfant de réussir sa scolarité en s’organisant et en optimisant ses stratégies d’apprentissage.

    Nous vous invitons donc à découvrir ce livre et la méthode A.R.P.A. en cliquant sur le lien ci-dessous :

    https://www.amazon.fr/Guide-méthodologique-réussir-scolarité-R-P/dp/1549874780/ref=sr_1_1?ie=UTF8&qid=1516745557&sr=8-1&keywords=guide+méthodologique+pour+réussir+sa+scolarité

     

    Continuer la lecture →

  • Le haut potentiel : quésaco ?

    Le haut potentiel ou précocité intellectuelle est très souvent perçu comme un don, comme une forme supérieure d’intelligence, gage de réussite et d’un parcours scolaire sans accrocs.   Pourtant, la réalité de certains de ces élèves est toute autre car cette particularité cognitive (intellectuelle) peut être source de difficultés multiples dans le quotidien des élèves.

    Comment reconnaitre ces élèves ?

    Ces élèves présentent souvent des particularités développementales, observables dès la petite enfance : apprentissage précoce du langage, lexique riche, syntaxe développée.  Ils ont souvent une excellente mémoire qui leur permet d’intégrer facilement un grand nombre de connaissances.  Les enseignants sont souvent étonnés de leurs très grandes capacités mnésiques et de leur culture générale étoffée.  Comme des « éponges », ils s’imprègnent des informations de leur environnement. Ils apprennent et comprennent implicitement le monde qui les entoure et les notions enseignées à l’école alors que les autres élèves ont besoin de l’enseignement explicite de l’adulte pour les acquérir.  Certains présentent des particularités sensorielles.  Leur ouïe est très développée, ils entendent un moindre bruit ce qui peut les perturber dans leur quotidien.  Ils sont souvent très sensibles, en proie à des questions existentielles autour de la mort, de la justice … et ce, dès l’âge de 2-3 ans !  Leur sommeil présente bien souvent des particularités : ils ont tendance à s’endormir tard et à être de « petits dormeurs ».

    Quelles sont les spécificités cognitives de ces élèves ?

    Les travaux de recherches se multiplient dans ce domaine, en vue d’expliciter au mieux les particularités de ces élèves.  Ces travaux montrent que la vitesse de l’influx nerveux (transmissions des informations dans le cerveau) est plus rapide chez les personnes à haut potentiel.  Cela est le corollaire neurologique de la grande vitesse de pensée et de raisonnement retrouvée chez ces élèves.   Ils manifestent souvent des « fulgurances de la pensée », ce que l’on appelle plus vulgairement des « éclairs de génie ».    Ces fulgurances et cette rapidité de la pensée peuvent donner lieu à de véritables « feux d’artifice » ! Les élèves s’en plaignent : « ça va trop vite dans ma tête », « je n’arrive pas à arrêter de pensée ».  Les idées fusent et les questions métaphysiques s’emballent !  Ils sont parfois débordés par ces pensées ! Qu’il peut être vertigineux de ne pouvoir contenir ses interrogations ! Une idée, une réflexion, une remise en question en appelle une autre qui en appelle une autre ….

    Quelles difficultés scolaires rencontrent-ils ? https://www.psyadom.com/difficultes-scolaires-haut-potentiel-paradoxe/

    Article rédigé par Béatrice Navarro, neuropsychologue et par Camille Benoit, fondatrice de Psyadom.com.

    Crédit image : Unsplash.

    Continuer la lecture →